J’aimerais vous partager une expérience réalisée et vécue par l’un de mes clients.

Mon client a eu des responsabilités professionnelles importantes et s’est lancé dans le  marketing de réseau. Au début de son coaching, il a beaucoup travaillé à la mise en place d’un rituel matinal qui intègre certaines phrases et intentions positives pour la journée.

A la fin d’une séance de coaching, au moment de nous quitter, en fonction de ce que nous venons d’échanger je lui proposer d’intégrer dans son rituel quotidien, une phrase à se répéter régulièrement, surtout au moment où il se sent contrarié par un évènement qui ne va pas dans le sens qu’il souhaiterait. Ainsi, face à la contrariété, je l’ai invité à se dire et répéter : « Tout est parfait ».

Trois mots simples, hyperpositifs et qui forment une phrase qui ne sort plus du cerveau : « Tout est parfait » !

Je me doutais bien qu’il se passerait quelque…

Nous avons vu que, absorbés par nos préoccupations quotidiennes, nous nous posons rarement la question de ce que nous voulons vraiment. Et que se poser cette question, c’est aussi se rendre compte des masques que nous portons, afin de cacher notre part d’ombre.

La difficulté arrive à l’âge adulte lorsque nous nous rendons compte que nos masques sont toujours présents, alors qu’a priori nous n’en avons plus besoin. Là, je crois que le parallèle entre Carl Gustav Jung et Lise Bourbeau est fait : nous portons des masques, nous nous cachons et nous mettons dans l’ombre ce que nous avons refoulé uniquement par crainte d’exprimer ce que nous sommes.

Et la lumière ? Vous allez me répondre que c’est le contraire de l’ombre, et vous avez raison… et à coup sûr, cela n’est pas si simple. Pour Jung, reconnaître sa part d’ombre, c’est aussi la mettre en lumière. Pour lui, l’ombre n’est pas mauvaise en soi puisqu’elle constitue chacun d’entre nous et…

« Qu’est-ce que tu veux vraiment ? »

Absorbés par nos préoccupations quotidiennes, nous nous posons rarement cette question. Et pourtant, elle est le point de départ de grands changements.

Essayez de vous poser cette question. Laissez-la grandir en vous, méditez-la, vivez-la, métabolisez-la jusqu’à ce qu’elle pénètre chacune de vos cellules. Laissez-vous envahir par son inconfort, simplement parce qu’elle vous met en mouvement. Au plus profond de notre intimité, elle génère chez chacun de nous une étrange sensation… une curieuse vibration. Lorsque l’on est authentique et honnête vis-à-vis de soi-même, nous connaissons bien cette vibration, c’est celle de la vérité qui dérange et qui mène au changement.

Le coach sait bien que cette question est primordiale puisqu’elle est la matière première à partir de laquelle il va accompagner le coaché. Il sait que c’est à partir de cette question qu’il amènera son client à repérer ses parts d’ombre et de lumière. C’est de cette façon…

Vous avez découvert Thoth l’Atlante, « maître des mystères, gardien de la Mémoire ancestrale », qui nous aurait laissé en héritage quinze tablettes d’émeraude dans lesquelles il nous délivre son message. En quoi intéresse-t-il le coach ?

Je vous passe les deux premières tablettes dans lesquelles Thoth retrace son histoire en expliquant qu’il a vécu plusieurs incarnations et qu’il est de retour en Égypte pour porter son enseignement aux hommes. Il poursuit sur l’existence d’une chambre spécialement consacrée aux réincarnations, et son mode d’emploi. Au passage, il raconte aussi qu’il a construit la « Grande Pyramide en s’inspirant de la pyramide naturelle des forces… » (à méditer…)

C’est dans la troisième tablette que nous trouvons de précieux conseils. Nous pouvons notamment y lire : « Sache que tu dois échanger avec l’ignorant et avec le savant. S’ils viennent à toi écoute-les, car la Sagesse est en tout ». Pas mal non ? Le coach ne se destine-t-il pas à aider toute…

Aujourd’hui j’aimerais vous faire découvrir un texte incroyable qui fait tourner la tête à plus d’un chercheur, amateur averti et autre initié, et je dois avouer aussi qu’il m’inspire beaucoup. Si vous avez envie de chambouler un peu le sens de vos connexions neuronales, je vous invite à lire la suite 😉

Ces « tablettes », puisqu’il faut nommer ce texte ainsi, remonteraient au-delà du temps de la construction des grandes pyramides. Elles remonteraient au temps où les Atlantes, alors en exil, débarquèrent sur les rives de l’ancienne Égypte (donc, à la louche, bien au-delà de l’an 3 000 avant J.C.).

La légende dit qu’elles auraient été gravées sur quinze tablettes d’émeraude, par un certain Thoth, dieu égyptien de la sagesse et de la connaissance (l’émeraude de couleur verte symbolisant la connaissance et la vérité cachées aux hommes). A partir d’extraits de ce texte très ancien, je vous propose de voir quels parallèles existent entre son enseignement et le coaching.